Informations

Vous avez renseigné l'adresse d'un site internet Kleresca® qui n'est pas celui de votre pays d'origine. Veuillez noter que les informations disponibles sur ce site peuvent ne pas être applicables pour votre pays.

Christina avait une peau sans défaut jusqu'à ses 25 ans, lorsqu'un syndrome de stress lui a été diagnostiqué

Elle avait une peau que de nombreux adolescents rêvent d'avoir. En 2015, Christina s'est réveillée et cette peau parfaite avait disparu. Elle avait cédé la place à une inflammation, des irritations et une sensation de brûlure. Une allergie cutanée lui a été diagnostiquée, avec pour réaction une éruption cutanée comme elle n'en avait jamais connue auparavant. 

Depuis, Christina a des problèmes de peau au niveau du visage et a commencé à souffrir d'acné. « Mon menton commence à réagir avec l'apparition de gros furoncles et de boutons. Le phénomène s'aggrave chaque semaine et je ne peux rien y faire ».

En décembre 2017, elle eu connaissance des symptômes de stress et l'acné au niveau de son menton s'est même aggravée. Un syndrome de stress lui a été diagnostiqué. Suite à cela, elle a pris un congé maladie. Parallèlement, elle a consulté un psychologue régulièrement. Christina lutte à présent contre son stress, sa dépression et ses problèmes de peau, et s'emploie à restaurer sa confiance en elle.

« Ma peau réagit très mal dès que je tombe malade. Mon assurance était au plus bas à cause de l'état de ma peau. Je ne voulais manger ni gâteau ni confiserie au travail de peur que mes collègues ne pensent que je ne suis pas une personne saine. À ce moment, je ne voulais même pas fêter la nouvelle année avec mes amis ni prendre part au moindre événement social »

Mon assurance a commencé à s'évaporer
« Au travail
je conseille des clients sur des questions de gestion financière privée. J'ai une longue chevelure blonde et une apparence juvénile. J'ai le sentiment que les gens me considèrent incompétente et plus jeune que je ne le suis à cause de l'acné sur mon visage. L'assurance dont je jouissais jusqu'à présent dans le cadre de mon travail a commencé à se désagréger lentement ».

Durant cette période, Christina a consulté son médecin à plusieurs reprises et un éventail de crèmes et de médicaments puissants lui ont été recommandés. Tous lui ont provoqué des réactions. Une éruption cutanée est apparue et sa peau s'est asséchée.

« J'ai le sentiment que ma peau reflète un mode de vie malsain. Qu'elle suggère que je suis une mordue de ‘junkfood’ ». Qu'elle traduit quelque chose que je ne suis pas. Je n'ai aucun contrôle là-dessus. C'est une chose d'avoir de l'acné à 15 ans. Il est plus courant de souffrir de ce problème à cet âge là et les gens autour de vous vous comprennent, étant eux aussi concernés. Mais à 27 ans, en être atteinte me fait me sentir complètement seule ».

 « Ma plus grande crainte est de mentir à mes proches. Je lutte contre moi-même pour sortir de chez moi et participer à un événement social. J'essaie de trouver des excuses pour toutes les occasions. Je peux même m'en rendre malade ».

« Une fois je suis allée chez mon médecin sans maquillage, en me cachant derrière ma grande écharpe qui ne laissait voir que mes yeux, priant pour ne croiser personne sur le chemin. »

J'ai tout essayé
Le principal problème de Christina est la sensibilité de sa peau due à son allergie. C'est pour cela qu'elle est très attentive aux produits qu'elle utilise.

« Beaucoup de crèmes et de traitements différents m'ont été recommandés par mon médecin et mon dermatologue. Tous ces produits m'ont coûté très cher et n'ont donné que des résultats négatifs. J'ai cicatrisé et bénéficié d'un traitement par acupuncture pour nettoyer mon organisme de l'intérieur. J'ai l'impression d'avoir été mal conseillée dans ce dédale de traitements et de crèmes.

Christina était sur le point d'abandonner jusqu'à ce qu'elle décide de s'adresser à des cliniques privées et prenne rendez-vous pour une analyse de sa peau. Elle démarre à présent un traitement pour la peau et espère de bons résultats.

« Ma peau n'est toujours pas celle dont je rêve et n'est plus celle que j'ai connue avant cette allergie cutanée. C'est comme si j'avais une nouvelle peau dont je ne sais pas prendre soin ».

Elle reprendra le travail à temps partiel dans une semaine, son congé maladie prenant fin, même si elle lutte encore pour retrouver confiance en elle.

« J'aurais préféré dépenser mon temps et mon argent dans une clinique privée dès le début au lieu d'acheter un produit après l'autre : Je pense aussi que les produits que j'ai obtenus dans en clinique privée sont ceux qui m'ont le plus aidée ».


Propos issus du compte personnel d'une patiente âgée de 27 ans au Danemark.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux 

Facebook Icon      Instagram Icon       

Le témoignage de Jack

Nous utilisons des cookies pour vous proposer un service de qualité.
Poursuivez votre navigation si vous acceptez les cookies, ou bien renseignez-vous sur la manière de les désactiver.