Informations

Vous avez renseigné l'adresse d'un site internet Kleresca® qui n'est pas celui de votre pays d'origine. Veuillez noter que les informations disponibles sur ce site peuvent ne pas être applicables pour votre pays.

Mon parcours avec l'acné - Plaidoyer contre l'acné, du patient au traitement

Je n'avais que 9 ans lorsque j'ai eu de l'acné kystique pour la première fois. Tandis que mes amis et camarades de classe profitaient de leur peau d'enfant à l'allure parfaite, je gérais des rougeurs, des bosses et des boutons rouges en permanence.

Je n'avais que 9 ans lorsque j'ai eu de l'acné kystique pour la première fois. Tandis que mes amis et camarades de classe profitaient de leur peau d'enfant à l'allure parfaite, je gérais des rougeurs, des bosses et des boutons rouges en permanence. Née prématurément et carencée en fer, j'étais une enfant très menue et anémique. Mon généraliste m'a prescrit un traitement hormonal en espérant accélérer ma croissance, ce qui a fonctionné. J'ai grandit de plusieurs centimètres sur une période de temps très courte et j'étais ravie de rattraper mes comparses en quelques mois seulement. Malheureusement, ma puberté est aussi arrivée très tôt, et l'acné a été un résultat direct de mon traitement hormonal. 

Le plus difficile était de ne pas pouvoir en parler à quelqu'un de mon âge, car chez les filles les premières poussées arrivent en moyenne à 11 ans et encore plus tard chez les garçons. Je me souviens que les cours d'éducation physique, auxquels je participais auparavant avec plaisir, devenaient soudain un fardeau, car ma peau transpirait et s'enflammait. J'ai essayé plusieurs produits et traitements en vente libre dont je ne savais à peu près rien à l'époque. 

En réalité, je m'inquiétais uniquement de l'aspect de ma peau et je me fichais complètement des ingrédients contenus dans les produits, ou des effets qu'ils pourraient avoir sur ma santé.  Cela peut paraître irrationnel aujourd'hui, mais je me sentais gênée d'être la seule de ma classe à avoir des kystes d'acné sur la peau, qui se formaient littéralement pendant la nuit. Par conséquent j'ai aussi commencé à utiliser du fond de teint plus tôt que je n'aurais dû le faire (c'était le maquillage de ma grande sœur). Cela me paraissait être le seul secours  pour m'aider me sentir à nouveau moi-même. 

Kleresca acne treatment

Je pense qu'un des défis de l'acné est que la limite à partir de laquelle il est temps d'arrêter d'essayer de la gérer soi-même et d'aller voir un médecin n'est pas très claire. D'après mon expérience, je recommande de consulter un dermatologue le plus tôt possible. Pour moi, cela a pris plus d'un an alors que l'état de ma peau ne faisait que s'aggraver. Bien sûr, je savais qu'il ne fallait pas toucher ses boutons, vu le risque de laisser des cicatrices. Mais à nouveau, à cet âge, je ne comprenais pas ou ne me souciais pas des aspects de santé et de sécurité, mais uniquement de l'apparence de ma peau. 

Lorsque ma mère a remarqué que l'état de ma peau ne s'améliorait pas, nous avons finalement consulté notre généraliste qui, à l'époque, a prescrit une solution à faire préparer en pharmacie et à appliquer tous les jours. Nous avons parlé des autres options de traitement, dont certaines présentaient des effets secondaires très importants comme de possibles problèmes de fertilité. À ce moment-là, je voulais le traitement le plus drastique pour autant qu'il fonctionne. Mais je suis aujourd'hui reconnaissante envers ma maman qui a choisi une solution plus sûre. Même si mon acné était probablement intermédiaire entre légère et modérée, même après que l'état de ma peau se soit amélioré, je n'ai jamais pensé que je retrouverais un jour une peau parfaite. Vous savez, une peau impeccable comme celle des filles dans les magazines. Cette situation avait un effet en cascade sur ma confiance, surtout en tant qu'adolescente. L'impact de l'acné sur la confiance est bien documenté et fondé sur des recherches : 

« Aucune autre maladie ne cause plus de traumatisme psychique, de décalage entre parents et enfants, d'insécurité, de sentiments d'infériorité et d'accumulation de souffrance psychique que l'Acne vulgaris » – John Koo, Dr en Méd., San Francisco, Californie

À cette époque, le choix n'était pas vraiment possible d'un traitement contre l'acné avec un niveau de sécurité et d'efficacité élevé. Je suis heureuse de voir qu'aujourd'hui, la technologie biophotonique change cette situation. 

Si j'avais pu réaliser un souhait, cela aurait été qu’on me dise que je n'avais pas besoin de me cacher. Ce n'était pas de ma faute. C'est aussi la raison pour laquelle j'ai décidé de travailler pour Kleresca®. Il ne s'agissait pas uniquement de trouver un travail qui me plaît, mais de trouver la place qui me correspond. Une place dans à laquelle j'ai l'impression de pouvoir faire une vraie différence dans la vie des gens, en les aidant à améliorer leur peau. Aujourd'hui, mon travail implique la programmation du contenu et la communication sur nos plateformes de médias numériques. Mais pour moi, la chose la plus importante est de dire aux garçons et aux filles ce que j'aurais voulu qu’on me dise il y a 14 ans : Ne vous cachez plus. 


Il s'agit de l'histoire personnelle d'une ancienne employée de Kleresca®.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux 

Facebook Icon      Instagram Icon       

Nous utilisons des cookies pour vous proposer un service de qualité.
Poursuivez votre navigation si vous acceptez les cookies, ou bien renseignez-vous sur la manière de les désactiver.